9:08 - January 27, 2019
Code de l'info: 3468569
La majorité de la population ouzbèke est composée de musulmans sunnites de confession hanafite. La plupart des villes d'Ouzbékistan, y compris Samarkand et Boukhara, étaient autrefois les plus importants centres islamiques d'Asie centrale mais à l’époque du communisme, les activités religieuses ont été interdites et les musulmans ont connu de graves restrictions dans leurs pratiques religieuses.
Mme Gulnara Mansurava, titulaire d'un doctorat de philosophie et professeure à l'Université d'État du pétrole et du gaz de Russie à Tachkent, dans un entretien avec l’agence iranienne de presse coranique (Iqna) a déclaré que l’Ouzbékistan menait depuis les premiers jours de son indépendance, une politique de liberté religieuse. 
 
Elle a expliqué : « L’objectif du gouvernement est de créer un climat de tolérance religieuse et de coexistence pacifique mais la propagation d'idéologies extrémistes et de l'islamophobie dans le monde, ainsi que le recours aux organisations terroristes, exigent que la politique religieuse de l'État soit claire. Les priorités de la République d'Ouzbékistan pour les années 2017 à 2021 pour renforcer l'application de la loi sur la liberté de conscience, la liberté de religion et des pratiques religieuses dans les différentes religions d’Ouzbékistan, sont très importantes. 
 
Le gouvernement a planifié et adopté des politiques visant à défendre les intérêts et les valeurs spirituelles des fidèles des différentes religions. Le président ouzbek, Shavkat Mirziyoyev, a déclaré en septembre 2017 à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, que l'islamophobie se développait dans le monde et qu’il fallait distinguer l'islam du terrorisme. 
 
Le président ouzbek a mis l'accent sur la lutte contre l'ignorance à travers l'application d’un programme d’information sur la nature humaine du véritable islam et la tolérance religieuse et nationale, et en juin 2017, Samarkand a créé le centre de hadith « Imam Bukhari » dont les récits sont célèbres dans le monde musulman. Une autre étape importante a été la reconstruction de l'école Mir Arab qui à l'époque soviétique, était la seule institution d'éducation islamique dans toute l'Union soviétique. 
 
Le gouvernement a décidé de créer une école secondaire à l’endroit de l'ancienne école, où les professeurs seront formés pour enseigner dans les établissements d'enseignement moyen et supérieur du monde islamique. A Tachkent, un complexe a été construit à l’endroit de l’ancien Centre de la civilisation islamique avec une bibliothèque, des archives, des collections de manuscrits, des anciennes lithographies, des documents historiques et des objets anciens des écoles religieuses et des centres scientifiques, avec 9 établissements d'enseignement religieux modéré et deux établissements d'enseignement supérieur. 
 
Un cours d’étude de la religion est dispensé à l’Université d’État russe du pétrole et du gaz de Tachkent et une série de cérémonies a été organisée pour présenter le véritable visage de l’islam aux étudiants de différents groupes ethniques d’Ouzbékistan qui ont des religions différentes. Les conférences des professeurs Mahmoud Khajeh Nur-al-din ont eu beaucoup de succès parmi les étudiants et les professeurs. 
 
Le livre "Traduction scientifique du Coran avec explications académiques" publié en ouzbek de M. Mahmoud Nur-al-din, expert en langue arabe et en philosophie médiévale des pays arabes, et auteur de trois livres et de plus de 300 articles scientifiques en russe et en ouzbek, a été publié et parallèlement, Mahmoud Nur-al-din qui a obtenu son diplôme en 2000 de l'Université islamique « Imam Bukhari », a dirigé aussi le Centre d’études islamiques international de la République d’Ouzbékistan. 
 
L'auteur de cette traduction scientifique précise que le Coran n'est pas seulement la source des principes religieux du droit islamique mais la clé de milliers de mystères que l’esprit a résolus. En d'autres termes, le Coran est une encyclopédie qui, plusieurs siècles auparavant, comprenait les grandes inventions du monde. Comprendre la nature scientifique et religieuse, et le contenu du Coran aide non seulement à connaître le Coran lui-même, mais modifie également notre vision du monde et notre réflexion sur cette religion. Ce professeur ouzbek a écrit que sa traduction s’appuyait sur les opinions de scientifiques et de savants les plus célèbres du monde, ces 150 dernières années, pour plus de 100 versets du Coran ».
Prénom:
Email:
* Commentaire: