9:44 - July 03, 2019
Code de l'info: 3469931
La journaliste de Press TV, Marzieh Hashemi, lors de la conférence sur les Etats-Unis et les crimes du siècle, organisée le 1 juillet 2019, à l'Université Amir Kabir de Téhéran, a qualifié les États-Unis de plus grands violateurs des droits de l'homme dans le monde. 
Hashemi a indiqué : « À propos des droits de l'homme américains, je peux dire qu'avant ma récente arrestation aux États-Unis, j'avais des informations sur les violations des droits de l'homme dans ce pays, mais lors de mon arrestation pendant plusieurs jours aux États-Unis, j'ai appris beaucoup plus de choses sur ce sujet. Après cet incident, j'ai découvert qu’une personne pouvait disparaître très facilement dans ce pays.»
 
« Comme mon fils était avec moi et comme divers médias ont été informés de mon arrestation, tout le monde était au courant, mais personne ne connait ceux qui n'ont ni média ni argent. J'ai rencontré des prisonniers noirs et latino-américains incarcérés qui se disaient innocents et à qui les juges avaient demandé de reconnaître un crime qu’ils n’avaient pas commis pour profiter d’une réduction de leur peine. Après mon retour en Iran, de nombreuses personnes m'ont contactée, qui avaient des membres de leur famille injustement emprisonnés aux États-Unis, mais ne disaient rien de peur de voir leur situation se détériorer», a-t-elle ajouté. 
 
« La plupart des prisons américaines sont privées et plus de prisonniers génèrent plus de revenus. De plus, vous n’entendez jamais parler des prisonniers politiques aux États-Unis, parce que le gouvernement américain nie leur existence alors que de nombreux prisonniers, indiens et noirs, sont en prison pour des raisons politiques, ce qui est contraire à la constitution. Nous sommes en train de terminer un documentaire sur le soulèvement de Ferguson aux États-Unis, il y a cinq ans, suite au meurtre d'un jeune noir innocent. Pendant le soulèvement de la ville, des tanks de l'armée sont entrés dans la ville et six manifestants ont été tués. Vous voyez donc qu’ils répriment toute manifestation qui risque d’être efficace», a ajouté la journaliste de Press TV. 
 
«Le 3 juillet est le jour où un avion Airbus iranien a été abattu avec 290 passagers, il y a 30 ans. Les États-Unis ne se sont jamais excusés pour ce crime et ont toujours argumenté une erreur. Ce sont des exemples de la manière dont le gouvernement des États-Unis agit dans le domaine des droits de l’homme et qui prouvent que les Usa n'ont pas le droit de parler des droits de l'homme dans les autres pays », a-t-elle conclu.
Prénom:
Email:
* Commentaire: