Des experts de l’ONU affirment qu’un million de musulmans de la région chinoise de Xinxiang, appartenant pour la plupart aux minorités ouïghour et kazakhe, sont détenus dans des «camps de rééducation». Les enfants de ces musulmans sont séparés de leurs parents et envoyés dans des internats.