11:38 - November 11, 2019
Code de l'info: 3471072
Rafael Mauriello, islamologue italien, a qualifié de fascinantes les beautés de l'art et de l'architecture islamiques, et a déclaré qu'il existait de nombreuses lacunes dans la présentation en langues européennes du chiisme, de la littérature et de l'art iraniens contemporains.
« J’ai obtenu mon baccalauréat et mon doctorat à l'université Sapienza de Rome dans le domaine des études islamiques. Dans cette université, j’ai suivi les cours de Biancamaria Scarcia Amoretti, la plus grande islamologue italienne et la première spécialiste européenne du chiisme.
 
J'ai rédigé ma thèse de master sur Seyed Mohammad Baqir Sadr et ma thèse de doctorat sur les descendants de la famille du Prophète qui résident à Najaf c’est-à-dire les familles Sadr et Hakim, et leur rôle dans l'histoire contemporaine. Je travaille également sur l'histoire du Coran et la géographie politique de l'islam. Je suis actuellement le premier professeur étranger à l'Université Allameh Tabatabai. 
 
Au début, je voulais étudier une langue étrangère, j'ai commencé l’arabe puis je suis allé à un cours d'islamologie et j'ai commencé à étudier la langue et la littérature persanes pendant 20 ans. J'ai vécu dans divers pays islamiques, notamment en Égypte, pendant trois ans. J'ai également effectué des recherches en Syrie, au Liban, en Tunisie et en Turquie.
 
Les croyances islamiques sont différentes de celles qui existent dans la société chrétienne occidentale, et leur connaissance donne à l'être humain un nouveau regard sur la religion et le monde. Avant le 11 septembre, nous ne disposions pas de statistiques claires sur les musulmans italiens, et le point de vue des Italiens sur l’islam et les musulmans était très général.
 
Plus tard, dans les médias et les livres, il a été davantage question d'islam et les gens se sont familiarisés avec cette religion. Bien entendu, il faut savoir que l'islamologie et les études iraniennes en Italie, dans les universités de Naples, de Sapienza et de Venise existent depuis au moins deux siècles, mais sont limitées aux cercles universitaires.
 
Au cours des 20 dernières années, le nombre des universités italiennes qui enseignent l'islam a augmenté et la plupart des grandes universités du pays enseignent désormais l'islam en tant que discipline indépendante ou dans le cadre de l'orientalisme. En tant qu'Européen, je n'accepte pas la généralisation du terme « occidental ». J'ai vécu et travaillé aux États-Unis, en Espagne, en Angleterre et en Italie.
 
J'ai appris par expérience, que la culture nord-américaine est très éloignée de la culture italienne, mais que la culture italienne est très proche de la culture iranienne. Politiquement, les pays européens et américains ne sont pas tous les mêmes. Par exemple, l'approche politique de l'Italie vis-à-vis de l'Iran est très positive. Dans 6 universités italiennes, vous pouvez obtenir un doctorat en études iraniennes, ce qui est le signe de l'attitude positive de l'Italie à l'égard de l'Iran. 
 
J'enseigne actuellement dans deux facultés de langue et de littérature persanes, et à la Faculté de théologie de l'Université Allameh. Nous devons séparer les deux catégories de langue et de littérature parce que la langue persane actuelle, malgré ses capacités internationales élevées, n'a pas le statut qu’elle mérite.
 
Après la révolution, à cause des sanctions américaines, le persan s'est affaibli au niveau international et la diabolisation de l’Iran a eu un impact négatif sur les médias, mais je pense que dans les 20 prochaines années, le monde connaitra mieux l'Iran et le persan redeviendra une langue internationale importante. À mon avis, la littérature iranienne contemporaine, le cinéma et l'art contemporain, bien que pas assez connus sur le plan international, ont un grand potentiel.
 
Avec l'aide de mon épouse iranienne, j'ai traduit un livre de Mohammad Ja'far Yahaghi intitulé "Le déluge de moments" (Courants de la littérature persane contemporaine), publié en Italie l'an dernier par un éditeur italien spécialisé dans les œuvres littéraires persanes. Deux choses peuvent être faites pour mieux faire connaitre l’Iran. Premièrement, il faut faciliter les voyages en Iran. Presque tous ceux qui sont revenus avaient changé d'avis sur l'Iran.
 
La deuxième tâche consiste à accorder plus d’attention à la qualité des œuvres sur l’introduction de l’histoire et de la culture iraniennes. Par exemple, j'ai traduit le livre "La rivière des moments" sur le conseil de l’attaché culturel iranien à Rome. J'ai traduit aussi le droit civil iranien en italien. J'ai fait ces traductions pour montrer que les livres publiés sur l'Iran devraient être de meilleure qualité », a-t-il déclaré.
 
Prénom:
Email:
* Commentaire: