9:19 - January 21, 2020
Code de l'info: 3471761
L'analyste pakistanais, Mazhar Berlas, a écrit dans une note sur le site Internet Geo News du Pakistan (Geo.tv), que les Américains et les sionistes depuis longtemps voulaient se débarrasser de Soleimani qui était le plus grand obstacle au projet du Grand Israël.
L'écrivain et analyste pakistanais aborde d'abord l'histoire des relations irano-pakistanaises et déclare que depuis plus de 30 ans, l'Iran et le Pakistan étaient "un esprit dans deux corps", après l'indépendance du Pakistan, et que le premier pays à reconnaître l’indépendance a été l'Iran. 
 
« L'épouse d'Alexander Mirza, premier président du Pakistan, était iranienne. La femme Premier ministre la plus célèbre au Pakistan était Mme Benazir Bhutto, la fille d'une Iranienne nommée Nosrat Bhutto. Beaucoup d'Iraniens venaient au Pakistan pour des études dans le passé, peut-être à cause du persan qui était la langue commune avant l'arrivée des étrangers mais l'histoire d'amour entre l'Iran et le Pakistan s'est terminée le 5 juillet 1977, date du coup d'État du général Zia Al-Haq contre le gouvernement de Zulfiqar Ali Bhutto. Les Iraniens ont quitté le Pakistan. 
 
Si l'hymne national pakistanais est en farsi, nous nous sommes éloignés des Iraniens. Qasim Soleimani est né le 11 mars 1957, dans un village de Kerman, en Iran.  En 1979, après la Révolution islamique, il rejoint les Gardiens de la Révolution. Au cours des premières années au Kurdistan, il s'est battu avec les insurgés et a réglé la question en 1980 et après la guerre, il est devenu commandant de l'armée de Kerman et a repris plusieurs régions occupées par l’Irak. 
 
Dans les années 80, il a eu une visite avec le général Islam Beig, ancien commandant de l'armée pakistanaise, et a joué un rôle de premier plan dans le renversement de Saddam et la lutte contre Daesh en Irak et en Syrie. Les Etats-Unis étaient opposés à ce général qui était un héros pour les Iraniens et combattait les ennemis en dehors de l'Iran. En janvier 2011, le guide suprême iranien Seyed Ali Khamenei, a nommé Soleimani général, et l'a appelé « Le martyr vivant ». 
 
Soleimani fournissant de précieux services au Moyen-Orient en tant que stratège militaire. En tant que chef des Forces de Qods des Gardiens de la Révolution islamique, était en général à l'étranger, et la nouvelle de son martyre avait été déjà diffusée en 2006, 2012 et 2015. Il n'y a pas longtemps, il avait dit à ses amis : "Je suis le fils de Karbala et le martyre est mon plus grand souhait". 
 
Finalement, cet amoureux du martyre a réalisé son rêve le 13 janvier 2020, à Bagdad, lors de son retour de Syrie et du Liban. L'incident a été déclenché par un drone qui a attaqué la voiture de Soleimani, dans une opération contrôlée depuis la base militaire américaine du Nevada », a-t-il précisé dans cet article. 
 
Raja Nasser, secrétaire général de l'Assemblée de l'union musulmane du Pakistan, a déclaré : « Lorsque le dirigeant du Pakistan a déclaré que nous resterions neutres si l'Iran était attaqué, le général Qasim Soleimani avait déclaré que s'il y avait une attaque contre le Pakistan, il serait fier de donner sa vie et de tomber en martyr ».
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: