11:00 - March 07, 2020
Code de l'info: 3472196
Téhéran(IQNA)-L'imam de la mosquée Al-Mustafa de Delhi, assurant que les musulmans et les hindous en Inde, s’étaient toujours soutenus et vivaient dans la paix, a déclaré : « Aujourd'hui, il n'y a pas de conflit entre musulmans et hindous en Inde, mais il y a un groupe qui cherche à créer une atmosphère tendue en faveur du gouvernement ».
L’Hodjat-ol-islam Sayed Afrooz Mojtaba Naqavi, imam de la mosquée Al-Mustafa (psl) de Delhi, dans une interview avec l’Agence iranienne de presse coranique (Iqna) sur la situation des musulmans, a déclaré que les musulmans vivaient en paix jusqu'à ces dernières semaines et n'avaient aucun problème avec les différentes ethnies et nations vivant en Inde. 
 
« Cependant, avec l'arrivée au pouvoir du gouvernement actuel, certains groupes extrémistes soutenus par le gouvernement, ont transformé le climat actuel en un climat de violence pour séparer les hindous et les musulmans et faire gagner le gouvernement actuel avec une majorité de voix aux prochaines élections. 
 
Le gouvernement du Premier ministre, Narendra Modi, a récemment fait part de ses inquiétudes sur l’accord du peuple indien à sa politique, et une possible défaite aux prochaines élections. Sur cette base, un plan a été créé pour diviser les musulmans et les hindous, qui a échoué. Le gouvernement a rassemblé des délinquants pour attaquer les musulmans dans diverses régions de l'Inde, sous forme de groupes de 400 et 500 personnes. 
 
Ces voyous demandent les noms de ceux qui sont dans les rues, et les tuent ou les battent s'ils sont musulmans. Ce qui est remarquable, c'est que dans certaines régions, la police les accompagne et il y a des informations selon lesquelles elle les aurait secrètement aidés. Ces comportements antimusulmans se retrouvent non seulement dans les rues, mais aussi dans les tribunaux dont les juges, justes et équitables, sont révoqués ou renvoyés par le gouvernement, s'ils condamnent les personnes agressives et extrémistes. 
 
Les médias sont également du côté du gouvernement et ne montrent pas ceux qui sont opprimés ni ne disent s'il s'agit d'un ordre gouvernemental. Cependant, si les musulmans font quelque chose pour se défendre contre les assaillants, ils se retrouvent face à la propagande des médias. 
 
Il y a eu de nombreux cas auparavant, où des musulmans ont aidé des hindous et où des hindous ont également protégé les musulmans. Il n'y a pas de conflit entre musulmans et hindous, mais plutôt un complot en faveur de l'Etat. Une autre cause de la crise en Inde, a été la visite du président américain Donald Trump, qui a explicitement déclaré que les musulmans étaient séditieux et qu’il fallait les combattre. 
 
Les partisans du gouvernement ont donc cherché à plaire à leurs maîtres et à les aider à atteindre leurs objectifs. Le gouvernement cherche à mettre les hindous de son côté et à isoler les musulmans. Dans les coulisses, il y a aussi le projet politique de faire de l'Inde un État hindou qui a été exprimée par des responsables gouvernementaux dans le passé. Le gouvernement change même les noms islamiques des villes, des rues et des universités, et en vertu de la loi sur la citoyenneté, cherche à priver les musulmans résidant en Inde, de leur droit de vote et de leur rôle dans la formation du prochain gouvernement.
 
 L’Iran et les institutions iraniennes, y compris le centre Al-Mustafa (as) et le Centre islamique de Qom ont expressément protesté et condamné les actions en cours, et appelé le gouvernement indien à restaurer l'ancienne entente entre musulmans et hindous. La plupart des pays dominés par Israël et les États-Unis et leurs mercenaires, évitent de condamner ces actes », a-t-il dit.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: