17:47 - March 25, 2020
Code de l'info: 3472363
Téhéran(IQNA)-L'attentat a visé un temple hindou-sikh de la capitale. L'Etat islamique multiplie les attentats contre les minorités religieuses afghanes.
L'attentat a tué au moins 25 civils, dont un enfant, et fait huit blessés. Des hommes armés ont pris d'assaut ce mercredi matin un temple hindou-sikh du centre de Kaboul, dont les forces de sécurité tentent de reprendre le contrôle, une nouvelle attaque contre les minorités religieuses revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) en Afghanistan. 
 
Le porte-parole du ministère Tariq Arian, qui a communiqué ce bilan, a également fait état de "80 civils secourus" et d'un assaillant tué. 
 
Selon une représentante de la communauté hindou-sikh au Parlement, il y avait "environ 150 personnes dans le temple" où des familles du quartier viennent régulièrement prier le matin. "Certaines personnes à l'intérieur du temple se cachent et leurs téléphones sont éteints", a raconté Anarkali Kaur Honaryar, qui s'est dite "très préoccupée". 
 
Des photos vues montrent des enfants en larmes évacués par des hommes armés. Des corps, des blessés et une mare de sang sont également visibles. Les talibans ont très rapidement nié tout lien avec cet assaut. "L'attaque n'a rien à voir avec nous", a déclaré sur Twitter leur porte-parole Zabihullah Mujahid. 
 
Contre les minorités religieuses
L'EI a multiplié les attentats dans la capitale afghane, souvent contre les minorités religieuses. Début mars, il a revendiqué une attaque contre un rassemblement politique de la minorité hazara, dont les membres sont très majoritairement chiites. Une trentaine de personnes avaient alors été tuées. 
 
En juillet 2018, le groupe avait revendiqué une attaque suicide à Jalalabad (est) visant des sikhs et hindous afghans et tuant 19 personnes. Environ 1000 sikhs et hindous vivent en Afghanistan, un pays presque entièrement musulman. 
 
Cette attaque intervient à un moment critique pour l'Afghanistan, confronté à une crise politique interne, une offensive des talibans, ainsi qu'au nouveau coronavirus. 
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: