12:08 - November 29, 2020
Code de l'info: 3474935
Téhéran(IQNA)-Le lâche assassinat du scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, chef du Centre de recherche et d'innovation du ministère de la Défense et du soutien aux forces armées iraniennes, a provoqué de nombreuses et diverses réactions chez les responsables et les observateurs étrangers.

L’agence iranienne de presse coranique (IQNA) a cité quelques-unes de ces réactions, notamment celle du porte-parole de l'ONU, Farhan Hagh, qui a déclaré qu’António Guterres, secrétaire général de l'ONU, avait appelé à la retenue vendredi soir, après l'assassinat de Fakhrizadeh, et à la nécessité de s’abstenir de toute action qui pourrait aggraver les tensions dans la région.
 
L’adjoint du représentant de la Russie aux Nations Unies a déclaré que l'assassinat de Fakhrizadeh avait été mené avec le feu vert des États-Unis. Dimitri Polyansky a évoqué le New York Times, dans lequel trois responsables du renseignement ont accusé le régime sioniste de cet assassinat et exprimé la volonté des États-Unis de donner le feu vert aux assassinats politiques à l’étranger.
 
Réagissant aux remarques de l'ancien directeur de la CIA, John Brennan, à propos de l'assassinat de cet éminent scientifique iranien, Ilhan Omar, membre musulmane du Congrès américain, a tweeté : « Parler de violation du droit international ne signifie pas prendre le parti de l'Iran. Cela signifie qu’il faut préserver l'équilibre et ne pas entraîner le monde dans une situation plus chaotique que celle dans laquelle nous sommes actuellement ».
 
Hisham Sharaf, ministre des affaires étrangères du gouvernement de salut national du Yémen, a condamné l'assassinat du Dr Mohsen Fakhrizadeh et a présenté ses condoléances au ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, qualifiant l'assassinat de Fakhrizadeh d'acte odieux et criminel ajoutant : « Fakhrizadeh a été assassiné lors d'une opération terroriste conçue et dirigée par le régime sioniste qui a peur du développement des capacités scientifiques et de défense de l'Iran. Cet assassinat montre la peur des ennemis de la nation iranienne qui ne pourront jamais arrêter les progrès de l'Iran ».
 
Le mouvement libanais du Hezbollah a également fermement condamné l’attentat contre l’éminent scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, et a déclaré : « L'Iran est capable d'identifier les criminels qui s’attaquent aux scientifiques et officiels iraniens, quels qu’ils soient. Nous sommes du côté de l'Iran contre la nouvelle alliance du régime sioniste et d'un certain nombre de pays de la région ».
 
Le mufti chiite du Liban a condamné l'assassinat du Dr Mohsen Fakhrizadeh et a présenté ses condoléances à la nation et aux responsables de notre pays.
 
Selon le réseau d'information Al-Manar, Cheikh Ahmad Qaban, dans un message à l’occasion du martyre de son cher frère Fakhrizadeh, au peuple honorable d'Iran en particulier l'imam Khamenei, à tous les hommes d'État, aux membres de la société scientifique iranienne et aux commandants de la résistance, a déclaré : « La République islamique d'Iran vit avec les martyrs et leur martyre a toujours marqué un tournant dans l'histoire des victoires de ce pays ».
 
Le groupe "Kataeb Hezbollah", membre de l'Organisation de mobilisation populaire irakienne, a également présenté ses condoléances et déclaré : « Cet assassinat fait partie d'une série de crimes qui visent les capacités scientifiques des nations arabes et islamiques. Le casier judiciaire de l'axe sioniste-saoudo-américain s’est encore alourdi et le prix de leurs crimes sera si élevé qu'il détruira leurs piliers. La coopération entre l'Arabie saoudite, les États-Unis et le régime sioniste dans l'assassinat du martyr Fakhrizadeh les exposera tous à des représailles ».
 
Nasser Abu Sharif, représentant du Jihad islamique à Téhéran, a déclaré que l'empreinte américano-sioniste était évidente dans cet acte terroriste, et visait à anéantir le projet iranien de développement.
 
Ahmad al-Mudallah, haut responsable du Djihad islamique palestinien, a déclaré que l'opération terroriste avait été menée dans le contexte d'une bataille entre les États-Unis, le régime sioniste et l'Occident, et les pays islamiques libres. Dans une interview avec le réseau satellite Al-Qods, il a souligné : « Les ennemis tentent de freiner les progrès scientifiques de l'Iran, mais l'Iran continuera à avancer et les ennemis américano-sioniste n'arriveront à rien. Le combat de l'Axe de la Résistance, mené par l'Iran, contre l'ennemi sioniste-américain, se poursuit et l'Iran donnera une réponse décisive à ce crime ».
 
Khalid Majid, secrétaire général du Front populaire (NPF), a également condamné ce crime et déclaré : « Ce qui s'est passé faisait partie d'un complot américano-sioniste visant à cibler les scientifiques du front de la résistance. Cet acte odieux ne restera pas sans réponse et n'affectera pas la volonté de l'Iran ».
 
Khaled al-Azbat, porte-parole officiel du Mouvement de résistance du peuple palestinien, a déclaré que cet assassinat avait été menée après une menace directe des terroristes sionistes, et que  les dirigeants de la résistance devaient être vigilants face aux conspirations du régime des occupants et des ennemis de l’ummah.   
 
Mohammad El Baradei, ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, après l'assassinat du scientifique iranien, Mohsen Fakhrizadeh, a déclaré que cet acte mettait en danger l'état de droit et dans un tweet vendredi, a rejeté les déclarations d’un sénateur américain qui avait déclaré que l'assassinat d'un responsable iranien « rendrait le monde plus sûr ».
 
Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arza, a condamné l'assassinat du scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, dans une déclaration en espagnol.
 
Ben Rhodes, conseiller adjoint à la sécurité nationale de l'ancien président américain, Barack Obama, a déclaré que l'assassinat du scientifique nucléaire iranien était un "acte horrible" visant à saper la diplomatie entre les futures administrations, américaine et iranienne, et qu’il était temps de mettre fin à l'escalade.
 
Le sénateur démocrate du Connecticut, Chris Murphy, a tweeté vendredi soir, que l'assassinat du scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, ne contribuerait pas à rendre les États-Unis, la Palestine occupée ou le monde plus sûr ajoutant : « Si le but principal de l'assassinat de M. Mohsen Fakhrizadeh est de rendre difficile le redémarrage de l'accord nucléaire iranien, cet acte terroriste n'aidera pas à sécuriser les États-Unis, Israël et le monde ».
 
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: